Le cahier de doléances de Chatenay Malabry

Le jeudi 5 mars 2015, la classe de 4eA est partie à la mairie de Châtenay-Malabry à 9h.
Dans la salle du Conseil, le personnel du Service des Archives de la Commune nous a accueillis pour nous présenter les cahiers de doléances de la commune qui ont été rédigés le 14 avril 1789.

A quoi ressemble Châtenay-Malabry à la veille de la Révolution ?

Le village de Châtenay à cette époque appartient à Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre. Le village dépend de la seigneurie de Sceaux et il compte environ 400 habitants avant 1789.
L’activité dominante à l’époque est l’agriculture car c’est un village rural. La communauté villageoise est surtout composée par des jardiniers, des agriculteurs, des vignerons et des horticulteurs.
La société villageoise est pauvre.
La population de Châtenay est fragilisée en 1789 parce qu’elle souffre de la disette, c’est-à-dire d’un manque de nourriture.
La disette est due aux grandes intempéries qui perdurent depuis trois années. Elles entrainent de mauvaises récoltes qui ont pour conséquence la hausse du prix du pain.
Les nombreuses forêts qui entourent Châtenay sont pleines d’animaux (daims, lapins…). Ces animaux viennent perturber l’agriculture locale en quittant les forêts et en dévorant les récoltes.
De plus, les parcelles des agriculteurs sont très petites. C’est pour cela que les habitants ne peuvent pas produire en grande quantité.
Enfin, les impôts sont très nombreux et très élevés.

Que nous apprennent les cahiers de doléances de Châtenay ?

Un cahier de doléances, c’est un cahier où l’on écrit ses plaintes et ses souhaits.
Toute la France rédige des cahiers en 1788-1789 à la demande du roi Louis XVI.
Les cahiers de Châtenay ont été écrits par ses habitants le 14 avril 1789.
Pour pouvoir exposer ses doléances, il faut :
-  être un homme
-  avoir plus de 25 ans
-  payer des impôts
Les femmes et les indigents ne peuvent donc pas participer.
Dans le cahier de doléances de Châtenay, il y a 26 articles.
Dix articles parlent des impôts, ce qui prouve que les habitants (le Tiers état) sont surchargés d’impôts.
Dans l’article 1 du cahier, on peut lire une demande de réduction à un seul impôt.
Dans les neuf autres articles, on peut voir des demandes de réduction des impôts royaux (taille) et des impôts du clergé (dîme) et de suppression de taxes (les aides, la gabelle). Plus généralement, la suppression des privilèges et donc d’une imposition injuste est demandée.
Les habitants demandent aussi certaines interdictions :
-  de tout monopole
-  des capitaineries (lieux de chasse réservés au roi)
-  de pâturages dans les prés dès le 1er mars pour éviter la destruction des cultures
-  des colombiers (ou obligation de les clore)

Ils demandent aussi les libertés : liberté de clôture, liberté de faucher les foins, liberté de couper du bois par les propriétaires.
Ils demandent aussi la création d’un grenier à grains en cas de disette pendant deux ans.
Bref, les habitants souhaitent instaurer de nouvelles choses et en supprimer d’autres (milices) !

Nous remercions le personnel du service des Archives de Châtenay-Malabry pour cette présentation des cahiers de doléances, pour avoir vu de très vieux documents et donc d’en savoir plus sur notre commune.

La classe de 4eA